île La Palma

 île La   Palma  Afrique du Nord  océan Atlantique  Canaries


La Palma, autrefois connue sous le nom espagnol de San Miguel de La Palma, est une île d'Espagne située dans l'océan Atlantique et faisant partie des îles Canaries. Sa ville la plus peuplée est Los Llanos de Aridanemais le siège du cabildo insulaire est Santa Cruz de La Palma.

Depuis 2002, l'ensemble de l'île est reconnu Réserve de biosphère par l'Unesco. Dans le centre de l'île se trouve le Parc national de la Caldeira de Taburiente, qui est l'un des quatre parcs nationaux situés aux îles Canaries sur les quinze que compte le pays. La Palma a une population de 82346 habitants en 20153, ce qui en fait la cinquième île la plus peuplée des Canaries. La Palma se classe également cinquième en taille, avec une superficie de 708,32 kilomètres carrés et est, après Tenerife, la deuxième île la plus élevée, avec une altitude de 2426 mètres au Roque de los Muchachos.
La Palma est située dans le Nord-Ouest des îles Canaries, un archipel d'Espagne situé dans l'océan Atlantique, au large des côtes africaines. Elle est entourée par les îles de La Gomera et Tenerife à une soixantaine de kilomètres au sud-est ainsi qu'El Hierro au sud. Administrativement, l'île fait partie de la province de Santa Cruz de Tenerife dans la communauté autonome des îles Canaries.

Comment se rendre île La   Palma


Comment aller à La Gomera ?

La solution la plus pratique est de prendre un vol vers Tenerife. Selon votre aéroport d’arrivée, vous avez ensuite deux possibilités :

Si vous atterrissez à l’aéroport de Tenerife Nord (Aeropuerto de Los Rodeos, code “TFN”) : il existe des vols directs entre cet aéroport et le petit aéroport de San Sebastián de la Gomera via la compagnie locale Binter Canarias. Le vol dure une demi-heure, il y a en général 2 liaisons par jour (matin et fin d’après-midi).
Si vous atterrissez à l’aéroport de Tenerife Sud (Aeropuerto Reina Sofia, code “TFS”), le plus simple est de prendre un bus (lignes 343, 111 ou 450) pour rejoindre le port de Los Cristianos en quelques stations. Ensuite, il existe des ferries pour faire la liaison avec La Gomera : la compagnie Naviera Armas propose trois liaisons par jour (matin, début d’après-midi et soir) pour un trajet d’une heure environ ; la compagnie Fred Olsen fait de même en 50 minutes environ.


Entrer aux canaries

Les ressortissants de tous les pays de l'Union européenne (UE) et de la Suisse n'ont besoin que de leur carte nationale d'identité pour se rendre aux Canaries. 
Les ressortissants canadiens devront avoir un passeport en cours de validité (pour les séjours touristiques de moins de 90 jours).





La législation espagnole vous impose d'avoir votre carte d'identité ou votre passeport sur vous en permanence pendant votre séjour, dans l'éventualité d'un contrôle de police. Mais, en pratique, vous ne risquez guère d'ennuis. Vous pouvez préférer porter sur vous une photocopie de ces documents. Dans tous les cas, une pièce d'identité originale est souvent demandée à votre arrivée dans les hôtels.
En règle générale, les contrôles à l'arrivée dans les aéroports canariens vous sembleront bien nonchalants.

Voie aérienne
Aéroports

L'excellent site Internet et le numéro d'information sur les vols d'Aena, l'autorité espagnole du transport aérien, centralisent les renseignements sur la totalité des aéroports des Canaries.
Les sept îles ont chacune leur aéroport. Tenerife, la Grande Canarie, Lanzarote et, de plus en plus, La Palma, accueillent la quasi-totalité des vols internationaux et venus d'Espagne continentale ; les aéroports des autres îles assurent surtout des vols intérieurs à l'archipel.
Les grands aéroports suivants accueillent les vols internationaux :

Tenerife Norte (Los Rodeos). Accueille presque tous les vols intérieurs à l'archipel ainsi que ceux vers l'Espagne continentale.
Tenerife Sur (Reina Sofía). Accueille les autres vols, dont la quasi-totalité des charters depuis/vers les Canaries.
La Grande Canarie se trouve à 16 km au sud de Las Palmas.
Guasimeta (Lanzarote) n'est qu'à 6 km au sud-ouest d'Arrecife.

Depuis la France

Air France et Iberia, ainsi que d’autres compagnies aériennes, proposent des vols quotidiens pour les Canaries : Tenerife, Lanzarote, Fuerteventura ou la Grande Canarie. La plupart des vols nécessitent un changement à Madrid ou à Barcelone et durent entre 6 et 7 heures selon l’escale. Au moment de nos recherches, les allers-retours les moins chers pour Tenerife, Lanzarote ou Fuerteventura coûtaient de 270 à 330 €.

Quelle île choisir lors d’un voyage aux Canaries ?


Au cas où le temps manquerait pour faire le tour de toutes les îles des Canaries, voilà quelques pistes qui pourraient nous aider à choisir quelles îles visiter, selon leurs  principales caractéristiques et nos centres d’intérêts.

Lanzarote : elle compte de nombreux volcans, et de beaux paysages volcaniques d’une manière générale. C’est l’île parfaite pour ceux qui aiment marcher et s’émerveiller devant des paysages authentiques, voir lunaires.
Fuerteventura : c’est la plus aride de toute. Les paysages sont par exemple composés de dunes. De jolis petits villages blancs sont à découvrir. Les surfeurs l’adoreront. Les plages sont généralement prises d’assaut l’été par les touristes.
Gran Canaria : elle possède de beaux paysages diversifiés et notamment volcaniques, ainsi que de nombreuses plages de sable. Elle est très animée et touristique.
Tenerife : c’est une île riche en végétation, la plus grande de toute en superficie. Le pic du Teide est un lieu à découvrir aux Canaries.
La Gomera : la plus discrète des îles. Sa végétation est riche, l’île est montagneuse, elle est idéale pour ceux qui recherchent le calme et qui apprécient la nature et la randonnée.
La Palma : une jolie île, à la végétation très complète également. Les randonneurs pourront admirer les jolies fleurs de ce lieu.
El Hierro : il s’agit de l’île la plus sauvage. Elle est composée de grandes fôrets et de jolies petites criques de sable noir. Les amateurs de plongée s’y donneront rendez-vous.

Plus...

Sites Touristiques


Moins connue que Tenerife ou Lanzarote, La Palma, aux Canaries, est restée plus sauvage. L'idéal pour mixer nature et baignades.

D'un côté, un phare, des éoliennes, des salines, la mer, des plages de sable noir. De l'autre, des rangées de plantations, et le cône d'un volcan, San Antonio. Sous nos pieds, un autre cratère issu des colères de la Terre, le Teneguia. Rassurez-vous, ils sont tous deux éteints. Mais le chemin de randonnée que nous suivons, un bout du GR 131 plus poétiquement appelé route des Volcans, mérite à l'évidence son nom.

 

Sur ces quelques kilomètres, on comprend mieux comment l'île de La Palma, l'une des sept qui composent l'archipel des Canaries, a poussé depuis les tréfonds de l'océan. Des millions de mètres cubes de lave ont jailli, couvrant finalement la superficie respectable de 708,32 km2. Un périmètre qui peut encore s'agrandir : «La dernière éruption du Teneguia, en 1971, nous a fait gagner 2 km2, ainsi que la Playa Nueva (NDLR : la plage nouvelle)», raconte Cristobal, guide qui arpente les reliefs de son île depuis des décennies.



Plus...

île La   Palma

Billet banque

Drapeau