île Juan

île  Juan                Afrique de l'Est   océan indien   ile Eparse

L’île  Juan  de  Nova  est  une  île  tropicale  plate de    4,4    km    située    dans    le    canal    du Mozambique    et    entourée    d’une    grande barrière  de  corail.

  Elle  tient  son  nom  de  João da   Nova,   le   navigateur   portugais   qui   la découvrit.  Une  ligne  de  chemin  de  fer  y  fut  construite  pour  transporter le  guano.  Elle  n’est  aujourd'hui  plus  utilisée.  L’île  n’offre  aucun  port, mais possède une piste d’aviation de 1,2 km. 

Cette  île  doit  son  nom  à  João  da  Nova,  navigateur  du  XVe  siècle.  La France  en  revendique  la  possession  depuis  1897.  Son  guano  et  son phosphate   a   été   exploité   dans   le   passé.   Aujourd'hui,   une   petite garnison militaire supervise sa station météorologique. L’île  était  parfois  surnommée  «  île  de  Jean-de-Noves  »,  pour  montrer que cette possession appartient bien à la France.L'île  s'est  construite  au  sommet  d'un  promontoire  sous-marin  à  partir d'un   récif   corallien   qui   a   fini   par   émerger   pour   former   une   île recouverte  de  sable  issu  du  démantèlement  du  récif  par  les  courants marins.  

 Ils   sont   ensuite   transportés   sur   les   terres   par   les   vents dominants  Sud  -  Sud-Ouest  pour  former  des  dunes  d'une  dizaine  de mètres  de  hauteur  et  qui  constituent  les  «  sommets  »  les  plus  élevés de l'île.La   côte   Sud-Ouest   est   ceinturée   par   une   barrière   corallienne   qui empêche   tout   débarquement   tandis   que   la   côte   Nord-Est   est constituée   d'un   lagon   complètement   ensablé   et   émergé   à   marée basse. Elle est traversée par la seule passe permettant l'accès à l'île.

Plus...

Comment se rendre à l'île  Juan


Modalités de mouillage des navires dans les eaux territoriales des îles Éparses et conditions d’accès à ces îles.
Le mouillage et l’accès aux îles Éparses est soumis à l’autorisation préalable du préfet, administrateur supérieur des Taaf (télécharger le dossier) et à un certain nombre de prescriptions encadrant les activités d’écotourisme (télécharger l’arrêté fixant les conditions de mouillage et d’accès aux les îles Éparses).

Une taxe de mouillage et une taxe territoriale de séjour sont prévues par arrêté du préfet, administrateur supérieur des Taaf (télécharger l’arrêté). Elles sont perçues par les services du siège avant le départ.

La pêche est interdite dans la mer territoriale autour de chaque île et soumise à autorisation dans leur ZEE.

ACCES AUX ILES :
Tout ressortissant étranger doit au préalable avoir obtenu un visa conformément à la loi n° 71-569 modifiée du 15 juillet 1971.
Tout déplacement à terre est interdit, sauf autorisation préalable du préfet, administrateur supérieur.

CONDITIONS DE MOUILLAGES :
Sous réserve d’avoir obtenu une autorisation de mouillage, il est recommandé de consulter les Instructions Nautiques (volume L9 : Îles de l’océan Indien (partie sud) - Terre Adélie) pour les descriptions et recommandations des zones de mouillage.

Europa
Les seuls mouillages reconnus sont situés sur le plateau sablonneux qui borde le récif au large de la côte Nord. Ce plateau est très exposé aux vents du Nord.

Bassas da India
Il est possible de mouiller par profondeur de 21 m, sur un fond de sable et de corail mort, à environ 300m au NE de l’extrémité Est du récif.

Juan de Nova
La seule possibilité de mouillage se trouve dans le lagon au large de la côte Nord. Ce lagon est exposé aux vents de secteur Nord.

Glorieuses ile du Lys
Il est recommandé de consulter les Instructions Nautiques (volume L9 : Îles de l’océan Indien (partie sud) - Terre Adélie) pour les descriptions et recommandations des zones de mouillage.
Depuis le décret n° 2012-245 du 22 février 2012, il est créé de l’archipel des Glorieuses un parc naturel marin dénommé « parc naturel marin des Glorieuses », dont les orientations de gestion visent à protéger le patrimoine naturel, faire des eaux des Glorieuses un espace d’excellence en matière de pêches durables, faire de cet espace un lieu privilégié d’observation scientifique de la biodiversité marine du canal du Mozambique et à encadrer les pratiques touristiques et accompagner le développement d’un écotourisme.

Tromelin
Sur le plateau sous-marin qui prolonge vers le NW l’Île Tromelin, on peut mouiller par profondeur de 13 m, sur un fond de sable et de corail, en relevant la station météorologique à 110° et 1 200 m. Tout débarquement est impossible.

Plus...

Infos Utiles île  Juan  

Les îles Eparses, cinq petites îles et atolls de l'océan Indien (Bassas da India, Europa, Glorieuses, Juan de Nova et Tromelin), constituent depuis la loi du 21 février 2007 le cinquième district des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

Elles ont fait l'objet en 2009 d'une exposition médiatique particulièrement importante. En effet, les TAAF ont organisé pour la première fois une rotation exceptionnelle du navire logistique et océanographique Marion Dufresne dans ces îles en avril-mai 2009. Cet événement a permis de mieux faire connaître ces minuscules coins de terre disséminés dans le canal du Mozambique et dans l'Océan Indien, qui présentent un potentiel écologique et économique considérable pour la France. Ces îles devraient ainsi jouer un rôle clé dans le cadre de l'année internationale de la biodiversité en 2010.

Aussi le groupe d'études sur l'Arctique, l'Antarctique et les Terres australes a-t-il souhaité faire connaître les atouts et enjeux de ce territoire, en organisant le 5 octobre 2009, en étroite association avec l'administration des TAAF, un colloque consacré aux îles Eparses, à leur intérêt en matière d'étude et de protection de la biodiversité, mais aussi à leur histoire et leur situation géopolitique stratégique.

Le président du groupe d'études, rattaché à la commission des lois du Sénat, a présenté une synthèse du colloque lors de la réunion de la commission des lois du mercredi 17 février 2010, sous la présidence de M. Jean-Jacques Hyest, président. La commission a alors autorisé la publication du présent rapport.


plus

Sites Touristiques

Fortement modifiée par l’intervention de l’homme (introduction de filaos, de cocotiers), la flore est relativement pauvre.

Par contre la faune, notamment aviaire, est assez riche. L’île abrite ainsi la plus grande colonie de sternes fuligineuses de l’océan Indien, une des plus importante au monde.

Le climat est caractérisé par deux saisons : 
=>La saison fraîche, d’avril à novembre. Durant cette période, la pluviométrie est très faible (entre 1,9 et 39,6 mm par mois). Les températures moyennes s’échelonnent de 28,4°C (avril) à 25°C (août). L’humidité varie de 79 à 66% et les vents dominants soufflent de sud à sud-ouest. 
=>La saison des pluies, de décembre à mars. A cette époque, les températures moyennes varient peu (28,4°C - 28,5°C). De même pour les humidités moyennes qui vont de 80% (décembre) à 83% (février). Les précipitations s’échelonnent sur la même période de 100,7 mm à 275,8 mm.

(ZEE : 61 050 km²).


Plus...

île  Juan

Billet banque

Drapeau France